samedi 1 juin 2019

Maria pia Pacioni guerit en 2012 d'une myelite

LE temoignage de Maria Pia Pacioni est simple, et avec des souvenirs précis. 

10 mai 2012

"Pendant que je marchais, je sentais comme si on me caresse mon dos et ma jambe ne me faisait plus mal




,Je pensais : mais qui m'a touchée? 

Je me retourne et il n'y a personne, la rue était déserte "


Mme Maria Pia, 62 ans, était revenue la veille de Medjugorje. Le chemin de la foi et de l'espérance. 

Veuve avec un fils de 24 années,elle a été aux prises avec une terrible maladie, irréversible, et dans la plupart des cas incurable :



 la myélite , une inflammation de la moelle épinière qui vous amène jour après jour à une paralysie progressive des articulations, 





et d'année en année  restreint vos déplacements, vous forçant à vous aider avec des béquilles ou une canne. 

(«Cette maladie est incurable, va s'aggraver et conduire le fauteuil roulant, il n'y a malheureusement pas de remède," avait été diagnostiqué )



Ce terme regroupe les maladies qui se caractérisent par une inflammation de la moelle épinière. 



Les formes les plus connues sont la sclérose en plaque (voir les cas Cristian Filice et Gigliola Candian 

 et 


La myélite transverse est une atteinte neurologique causée par l’inflammation d’un segment de la moelle épinière. Le terme de « myélite » se rapporte à l’inflammation de la moelle épinière. « Transverse » décrit simplement la position de l’inflammation, c’est-à-dire dans toute la largeur de la moelle épinière. 


Les attaques dues à l’inflammation peuvent endommager ou détruire la myéline, la substance isolante qui enveloppe comme une gaine les fibres des cellules nerveuses. 

Cette atteinte provoque  dans le système nerveux des cicatrices qui interrompent les communications entre les nerfs de la moelle épinière et le reste du corps.

Le terme démyélinisation traduit la perte de myéline, c'est-à-dire de la substance graisseuse (la myéline) qui entoure et protège les nerfs.





Pour résumer, la myélite est une inflammation de la moelle épinière.


Les causes de myélite sont nombreuses.


La myélite peut survenir chez les adultes et les enfants des deux sexes et de toutes origines ethniques. Il n’existe aucune prédisposition familiale. 

Son incidence (nombre de nouveaux cas par an) comporte deux pics : 

entre 10 et 19 ans, 
puis entre 30 et 39 ans.

 Bien que très peu d’études aient étudié son incidence, on estime qu’environ 1400 nouveaux cas de myélite sont diagnostiqués chaque année aux Etats-Unis, 

et approximativement 33000 américains ont aujourd’hui à souffrir des séquelles résultant de cette affection 

[on considère généralement qu’il y a un cas par million d’habitants et par an, soit une soixantaine de nouveaux cas chaque année en France.



Quelles sont les causes de la myélite transverse ?


(myélite non spécifique)
Les chercheurs ne connaissent pas encore très bien les causes exactes de la myélite. L’inflammation qui cause tant de dommages aux fibres nerveuses de la moelle épinière pourrait résulter d’infections virales, de réactions immunitaires anormales, ou d’une insuffisance dans l’irrigation sanguine de la moelle. 




La myélite peut également résulter de complications après :


la syphilis, 
la rougeole, 
la maladie de Lyme, 
ou de vaccinations telles que celles contre la varicelle ou la rage. 




Les cas pour lesquels aucune cause ne peut être clairement identifiée sont définis comme étant idiopathiques.

La myélite se développe souvent après une infection virale.

 Parmi les agents infectieux susceptibles de provoquer une myélite on trouve

 le Varicella zoster (le virus de la varicelle et du zona),

 l’Herpes simplex (Herpès),






le Cytomegalovirus, 

le virus d’Epstein-Barr,

le virus de la grippe, 

l’Echovirus,



le VIH (Sida), 

Les virus de l’hépatite A et de la rubéole. 

Des infections bactériennes de la peau, de l’oreille moyenne (otite),



des infections à Mycoplasma Pneumoniae (pneumonie bactérienne)

 ont aussi été décrites comme pouvant être associées à la maladie.


Certaines myélites apparaissent à la suite d’un cancer.


Ici c'est une Myélite infectieuse, chez une patiente de 52 ans présentant une paraplégie d'installation rapide (4 heures) sans antécédent  particulier

La myélite peut être soit aigue (se développant en quelques heures, voire quelques jours) soit subaiguë (se développant en une à deux semaines).

Les symptômes initiaux, ou inauguraux, sont généralement : 

une douleur localisée dans le bas du dos, une soudaine paresthésie (sensations anormales telles qu’une brûlure, un chatouillement, un picotement, un fourmillement) dans les jambes, une perte sensorielle, et une paraparésie (une paralysie partielle des membres inférieurs).


 La paraparésie évolue souvent vers une paraplégie (paralysie des jambes et de la partie inférieure du tronc). 


Un dysfonctionnement de la vessie et de l’intestin est souvent associé. 

Beaucoup de patients évoquent également des spasmes musculaires, une sensation générale de malaise, des maux de tête, de la fièvre et une perte d’appétit. 


Selon le segment de la moelle concerné, des malades peuvent aussi souffrir de problèmes respiratoires (et être alors placés sous respiration artificielle 

De même que pour les autres pathologies de la moelle épinière,

il n’existe pas à ce jour de traitement véritablement efficace pour les patients atteints de myélite transverse. 

Il existe des traitements qui permettent d’en atténuer les symptômes mais dont l’efficacité dépend largement de la sévérité de l’atteinte neurologique.

 Une thérapeutique est mise en place généralement dès l’apparition des premiers symptômes. 


Les médecins prescrivent couramment une médication à base de corticostéroïdes durant les premières semaines de la maladie afin de faire décroître l’inflammation. 



Bien qu’aucune étude clinique n’ait pu réellement démontrer que les corticostéroïdes stoppaient l’évolution de la maladie, ces produits sont néanmoins régulièrement prescrits dans le but de freiner l’activité du système immunitaire, dans la mesure où

l’on suppose que des mécanismes auto-immunes seraient impliqués dans le développement de la pathologie. 





Parmi les corticostéroïdes habituellement prescrits on trouve le methylprednisone ou la dexamethasone.

 Des analgésiques sont couramment associés lorsque le patient se plaint de douleurs. 

Un repos complet, alité,  est le plus souvent recommandé durant les tout premiers jours ou les toutes premières semaines suivant l’apparition de la maladie.

Après cette phase initiale de la thérapeutique,

la partie la plus cruciale du traitement de cette maladie consiste à maintenir et à soutenir les fonctions essentielles du patient dans l’attente d’une récupération
spontanée, totale ou partielle, de son système nerveux. Cela peut dans certains cas nécessiter le placement du patient sous respirateur artificiel.

Les patients atteints de symptômes aigus, comme une paralysie, sont le plus souvent pris en charge à l’hôpital ou dans un centre de rééducation fonctionnelle, où une équipe médicale spécialisée pourra prévenir ou traiter les problèmes liés à cette condition.




Quel est le pronostic après une myélite ?


La récupération après une myélite commence généralement entre 2 à 12 semaines après l’apparition de la maladie et peut se poursuivre sur 2 années ou plus.

 Cependant, s’il n’y a vraiment aucune amélioration durant les 3 à 6 premiers mois, une récupération significative devient alors improbable. 

A peu près un tiers des patients atteints de myélite connaîtra une récupération totale ou quasi-totale des symptômes. Ceux-ci retrouvent la faculté de marcher normalement et ne subissent que de légers troubles de la continence urinaire ou anale, très peu de paresthésie. 

Un autre tiers présentera une faible récupération et gardera des séquelles conséquentes, telles qu’une démarche spastique, un dysfonctionnement sensoriel, des problèmes d’incontinence. 

Le tiers restant ne connaîtra pas de récupération significative, ces patients étant condamnés au fauteuil roulant ou à l’alitement,  avec une dépendance marquée à autrui pour les fonctions basiques de la vie quotidienne.





 Malheureusement, il est impossible de faire un pronostic de récupération pour chaque cas individuel. Toutefois, les études ont montré 
qu’une apparition brutale des symptômes se traduisait le plus souvent par une mauvaise récupération


Revenons à Maria Pia Pacioni.


Habitante du nouveau quartier de Colle San Rocco, une suite de maisons mitoyennes dans le village de Montottone - Marches. 


En ces premiers jours de mai 2012, il y a deux ans, Maria avec l'aide de son  bâton orthopédique. essaie d'aller jusqu'à la pelouse verte qui est à environ soixante-dix mètres de la maison. Mais tout à coup quelque chose se passe hors de l'ordinaire et inattendu. 





«Je trouve, en tournant sur ​​moi-même, que la jambe ne me blesse pas: je sens un frisson chaud et indescriptible comme si j'avais un choc électrique de faible intensité à travers mon corps. Cela a duré quelques secondes, juste le temps de penser: je me suis retournée et que tout était fini ". 

Continuant l'histoire: "À ce point, j'ai pris ma canne orthopédique, je l'ai mis sous le bras et je suis retourné à pied à la maison, pour la première fois depuis de nombreuses années. Je pleurais et riais de joie et dit: «Dieu, vous êtes très grand." Il n'y avait personne, je me sentais seule avec Jésus. 


Maria Pia décide de ne rien dire à son fils Piergiorgio, conseiller commercial. Elle veut lui faire une surprise, alors quand il rentre à la maison pour l'heure du déjeuner, il peut être la trouver dans le centre de la pièce, debout. 

"Il m'a vu avec des larmes dans les yeux et debout sans canne. Il n'a rien dit, il m'a étreint et nous avons commencé à pleurer à rester très serrés ".


Dans l'euphorie de la guérison, Mme Pacioni commence à monter les escaliers de haut en bas, comme une petite fille, devant le fils stupéfait et inquiet qui crie: «Maman, n'en faites pas trop ... Pour l'amour de Dieu arrête, que fais-tu ? ".


Maria Pia Pacioni est d'accord pour se soumettre à une nouvelle visite du professeur Francis Logullo, une sommité de la neurologie, le même qui l'avait  diagnostiqué avec la myélite grave et incurable. 

Le 14 Juin 2013 Maria Pia a rencontré le médecin dans le département de neurologie de l'hôpital à Ancône. 

Logullo est profondément ému et a eu les larmes aux yeux en voyant Maria Pia marcher rapidement, sans douleur, sans une canne et sans support orthopédique et sans le corsage de lames d'acier qui retenaient sa poitrine.  


(Certicat attestant sa guérison)



Que s'est-il passé à Medjugorje ?


Lorsque Maria Pia est à Medjugorje, rien ne se passe; elle sera guérie à son retour. Mais il se produit des signes avant-coureurs. 









Pendant l'ascension épuisante des monts Krizevac et la Colline des Apparitions, qu'elle a pu effectuée.
Elle  sent un parfum intense de roses, même si sur ces deux collines il n'y a pas trace de cette fleur. 




Mais un autre évènement intéressant vient quand elle décide d'aller à la confession dans la paroisse de St. Jacques. "Dans le confessionnal, et le prêtre demande:« D'où es-tu? ". La réponse: «Je suis italienne." Le prêtre a insisté: «Quel pays?". 




Elle dit: «Je viens des Marches, un village dans la province d'Ascoli."

Maria Pia n'a pas parlé de la nouvelle province de Fermo, parce que peu de gens la connaissent .

 (Fermo est reconnue en 2009 et la guérison date de 2012)




Mais le confesseur répond: «Vous venez de Fermo". 

Mme Pacioni est stupéfaite et muette. Pensez: «Comment savez-vous?". Elle est tellement surprise qu'elle n'a même pas pensé à lui demander comment il pouvait connaître ces détails. Le prêtre était dans la cinquantaine, les yeux bleus rares et très profonds et avec une petite barbe.


 «Je voulais confesser tous mes péchés, et il me donna du temps et, en me regardant, il dit en posant sa main sur la tête:« Ma fille,vous avez obtenu la grâce (le pardon) ». 




Selon Medjugorje Today et Chère Gospa, 
Medjugorje totalise + de 600 guérisons enregistrés par la paroisse en 2014.


 le reportage de Oggi du 7 mars 2014






Paolo Brosio parle dans son livre "Raggi di Lucce" de la guérison de Maria Pia Pacioni












Brosio  a parlé de son livre au festival du journalisme de la province des Marches, fin septembre 2014.

Il a parlé des guérisons de Andréa de Luca et Maria Pia Pacioni et de Medjugorje.





Sources

http://www.anconatoday.it/eventi/paolo-brosio-festival-giornalismo-osimo-28-settembre-2014.html




http://medjugorjetuttiigiorni.blogspot.it/2014/10/figlia-mia-hai-ottenuto-la-grazia.html


http://www.oggi.it/attualita/notizie/2014/03/07/miracolo-a-medjugorje-parla-maria-pia-pacioni-cammino-di-nuovo/


http://paolobrosio.biz/meno-3-lincredibile-guarigione-di-maria-pia-pacionilarticolo-sul-settimanale-oggi/


http://paolobrosio.biz/settimanale-oggi-larticolo-sulla-guarigione-di-maria-pia-pacioni/


http://rosasparalagospa.wordpress.com/2014/05/21/milagro-en-medjugorje-habla-maria-pia-pacioni-camino-de-nuevo/

Andrea De Luca. guerit en 2009 De la maladie De Perthes


Andrea de Luca est de Castellammare di Stabia en Italie . 
Depuis 3 ans,il était atteint de la maladie de Perthes.


                              



La tête de son fémur et sa hanche était atteinte.Les cellules osseuses mourraient et modifiait la forme de la tête fémorale.








La maladie de Legg-Calvé-Perthes (MLCP),appelé aussi,

( osteonécrose aseptique idiopathique juvénile ou ostéochondrite primitive dehanche)





est une  nécrose (forme de dégat cellulaire avec mort prématurée et non programmée des cellules dans le tissu vivant.) ischémique (avec diminution de l'apport de sang dans l'organe) de la tête fémorale en croissance.




Pour garder ses propriétés mécaniques, un os doit être irrigué par du sang.

La nécrose ischémique signifie que l'os meurt du fait de l'absence d'irrigation sanguine. Il est important de noter que cette maladie survient chez un sujet qui grandit car la nécrose de la tête du fémur qui survient chez l'adulte n'évolue pas du tout de la même manière.

 Il faut donc bien distinguer ces deux maladies.
Cette maladie touche en moyenne quatre garçons pour une fille entre l'âge de trois et dix ans.


Son origine est encore inconnue. Il existe quelques formes familiales et les deux hanches ne sont concernées que dans 10% à 15% des cas

Comment fait on le diagnostic?

Le motif de consultation est généralement une boiterie. On ne retrouve pas de traumatisme initial marquant. La boiterie apparaît soudainement sans raison. La douleur est variable d'un sujet à l'autre et dans le temps. Elle est classiquement située au niveau de la hanche mais elle est parfois située au niveau du genou.

La douleur peut être absente. Il arrive parfois que l'enfant continue de marcher, voire de courir, tout en boitant.
A l'examen, on retrouve souvent une atrophie musculaire du quadriceps, c'est-à-dire que le muscle de la cuisse est plus fin que de l'autre côté du fait d'une sollicitation moins important de cette jambe.

Pour un autre site médical :
 Les symptômes initiaux sont habituellement une boiterie, une douleur à la hanche, à la cuisse ou au genou et une limitation des mouvements de la hanche. Plus tard dans l'évolution de la maladie, une inégalité dans la longueur des jambes ainsi qu'une atrophie musculaire autour de la hanche peuvent être observées.

La phase active de la maladie peut durer plusieurs années 

pendant lesquelles la tête fémorale devient partiellement ou entièrement nécrotique et progressivement déformée.

 La hanche est moins souple que de l'autre côté, pouvant même parfois être très raide.
Les radiographies du bassin de face et des hanches de profil montrent des anomalies de la tête du fémur. Il faut pourtant savoir que pendant les deux premiers mois d'évolution de la maladie les radiographies peuvent être normales.
C'est pour cette raison que lorsqu'un enfant boite et que les radiographies sont normales on lui refait de nouvelles radiographies deux mois après.



L'aspect des têtes fémorales passent par différentes phases:


                           http://www.pediaos.fr/oph.htm 
                           (en plus grand,en fin d'article)


La maladie évolue sur plusieurs années. En l'absence de traitement, 

seul un quart des enfants conservent une tête fémorale sphérique.



La tête fémorale se reforme progressivement.Mais il a un 
risque de déformation 
Les séquelles principales à redouter sont le Coxa plana  la coxarthrose (arthrose de hanche).






La description de cette période.


Cette maladie a la particularité de guérir toute seule. Après quelques mois de nécrose, le sang va revenir irriguer la tête fémorale et celle-ci va se reconstruire progressivement.

Nous n'avons à l'heure actuelle aucun moyen d'accélérer ce processus. Notre rôle est d'essayer de minimiser au maximum les séquelles en gardant une tête fémorale ronde qui s'adapte au cotyle qui est un moule sphérique.

Cela s'appelle la congruence articulaire.

L'absence de congruence articulaire entraîne à plus long terme de l'arthrose.

Il existe plusieurs traitements qui vont de la simple surveillance à la chirurgie. Le but est donc de garder une hanche souple et congruente.

Parfois, une surveillance est suffisante mais si la hanche a tendance à s'enraidir on prescrit de la kinésithérapie. On peut parfois demander à l'enfant de ne pas marcher pendant plusieurs mois et dans ce cas il se déplacera en fauteuil roulant.

 Lorsque la hanche est très raide, il est parfois nécessaire de mettre l'enfant en traction, c'est-à-dire que l'on tire doucement sur les jambes par l'intermédiaire de poids suspendus à des bandes qui entourent les jambes. Cela peut être fait uniquement la nuit au domicile mais parfois la traction est mise en permanence. Dans ce cas, le traitement est fait en centre de rééducation, ce qui permet de poursuivre une scolarité normale.

Dans le pire des cas, lorsque la tête fémorale a tendance à sortir du cotyle, on propose une intervention chirurgicale au niveau du bassin pour remettre la tête fémorale dans le cotyle et améliorer la congruence articulaire. 


Toutes les hanches se réossifient à long terme mais le risque est que la tête fémorale se déforme. 



Elle peut s'aplatir, c'est ce que l'on appelle une coxa plana (tête plate), devenir plus grosse ou coxa magna.


Lorsque la tête fémorale se déforme, l'articulation n'est plus congruente 
et le risque est l'apparition d'arthrose à un âge relativement jeune.

Le traitement de l'arthrose est la prothèse totale de hanche.
(donc à être opéré)






 
Plus on est porteur d'une prothèse de hanche jeune, plus elle risque de s'user et plus on risque de devoir la changer dans l'avenir. C'est pour cette raison que l'on cherche à avoir une articulation la plus congruente possible en fin de croissance pour retarder au maximum l'apparition de douleur et d'arthrose chez l'adulte.


       
Revenons à Andrea de Luca.





Le 1er novembre 2006, Andrea rêve d'être joueur de football professionnel, il a 13 ans.Mais durant un match,il a les premiers symptomes de la maladie de Legg-Calvé-Perthes.Celà le condamnait aux béquilles et au fauteuil roulant,comme il le dit dans une interview.

Commence pour lui la visite des hôpitaux.
En 2008, la paralysie commence progressivement..



il déclare aussi
«Je souffrais de cette maladie depuis trois ans et j'était fatigué de la douleur que je devais endurer.



En Septembre 2009, Andrea De Luca et ses parents sont allés à Medjugorje.
 C' était le dernier espoir pour une guérison

le 19-20 septembre 2009,ils étaient dans une pension de famille qui avait une statue de Medjugorje.




La veille avec beaucoup de difficultés, il avait escaladé avec l'aide de sa mère la Colline aux Apparitions.

Le premier signe est venu un soir où ils est entré dans le jardin où ils logeaient. «Je ne pouvais pas dormir. Je suis sorti dans la cour, je fis le signe de la croix et j'ai commencé à prier. Puis la tête de la statue de Notre-Dame en face de moi s'est allumé. 


Bien que ce fut une belle lumière, on ne peut pas la décrire Je pris peur et je me suis retourné. J'ai invité mes parents à venir voir. Quand ils sont arrivés avec un autre pèlerin,
(sauf erreur de traduction) deux faisceaux de la statue, m'ont éclairés un au cœur, l'autre à la jambe », dit Andrea De Luca au quotidien croate '24 sata

Ensuite, il a escaladé le Mont Krizevac et a cassé une béquille
et quand il est redescendu il a rompu l'autre béquille.(ensuite,il l'est allé à Mostar pour les remplacer).




 Un autre jour, une religieuse m'a dit: "Dites à Jésus de vous enlever votre maladie .." Le lendemain, je suis allé à la messe et j'ai prié pour la première fois en moi-même. Je sentais tout mon dos chaud. Je n'osais pas supprimé mes béquilles. Je l'ai fait après mon retour en Italie. 

Quand nous sommes arrivés à la maison, je me trouvais avec mes béquilles prêt à sortir du bus. J'ai entendu trois fois une voix intérieure disant: «Tu es mon apôtre. Marche et porte ma lumière ". A partir de ce moment, la douleur atroce qui me touchait pendant trois ans a disparu », explique Andrea De Luca.

.Je ne voulais pas en parler ensuite.Il a fallu 5 ans avant que j'en parle. J'étais un enfant. Maintenant, je suis un adulte, et les médecins ont confirmé que le miracle s'est produisit dans mon cas.






Les Dr. Anastasio Tricarico, professeur de l'orthopédie et traumatologie à l'Université de Naples et dr. Pasquale Guida, spécialiste en orthopédie de Naples confirment la guérison inexplicable d'Andrea De Luca.


Un jour, j'ai entendu la salutation d'un jeune homme qui est passé devant moi avec un vélo." Bonjour professeur "Je ne pouvais pas en croire mes yeux quand je ai vu Andrea, dont je suivais la maladie depuis trois ans," a déclaré le Dr Pasquale si Guida. à la chaîne de télévision italienne RAI.



Andréa est revenu à Medjugorje récemment et a répondu aux questions de la RAI.Il était dans un groupe dans lequel se trouvait Paolo Brosio.





 Dans le livre "Raggi di luce" (Les rayons de lumière) du journaliste et auteur italien Paolo Brosio, les docteurs montrent les radiographies de la guérison de l'os, le montrant déjà cassé et les os manquants et après sa guérison.
















 Sources                  





http://www.bedevaart.net/verlamde-man-genezen-in-medjugorje.html







http://www.24sata.hr/sudbine/cudo-u-meugorju-gospa-me-ozdravila-sad-ponovo-hodam-359109






http://www.hercegovina.info/vijesti/hercegovina/medjugorje/cudesna-ozdravljenja-u-medjugorju-najtajanstvenija-dogadjanja-gospina-ukazanja#news_view


http://www.hercegovina.info/vijesti/hercegovina/medjugorje/andrea-de-luca-u-najgledanijoj-emisiji-rai-ja-ozdravila-me-gospa-iz-medjugorja-71894


http://slobodnadalmacija.hr/Mozaik/tabid/80/articleType/ArticleView/articleId/239902/Default.aspx





http://www.napolistyle.it/notizia/964/notizie/la-storia-del-giovane-stabiese-miracolato-a-medjugorie.html





http://www.ansa.it/web/notizie/regioni/campania/2014/03/12/Miracolato-Medjugorje-Napoli_10222680.html

http://www.campanianotizie.com/attualita/napoli/85464-miracolato-a-medjugorje-riceve-maglia-juve-stabia-da-improta-ex-calciatore-del-napoli.html

http://www.solonotizie24.it/wip/2014/03/12/miracolato-a-medjugorje-riceve-la-maglia-della-juve-stabia-da-improta-2/18798

http://www.viaggiepellegrinaggi.it/notizie-da-medjugorje/76-medjugorje-napoli-miracolo.html

http://www.calciomercato.com/news/brosio-racconta-il-giovane-miracolato-a-medjugorje-986530


http://paolobrosio.biz/il-tour-tv-radio-stampa-internet-presentazione-raggi-di-luce/

http://www.campanianotizie.com/attualita/napoli/85464-miracolato-a-medjugorje-riceve-maglia-juve-stabia-da-improta-ex-calciatore-del-napoli.html



http://www.ilnapolionline.com/foto-juve-stabia-il-miracolo-di-andrea-il-tifoso-stabiese-con-una-grave-malattia-di-nuovo-allo-stadio/

http://paolobrosio.biz/mensile-medjugorje-larticolo-su-andrea-de-luca-e-su-raggi-di-luce/




http://medjugorjetuttiigiorni.blogspot.it/2014/09/limprovvisa-guarigione-di-andrea.html




http://totustuusreinadelapaz.org/index.php/blog/1217-joven-en-silla-de-ruedas-sana-en-medjugorje