jeudi 23 janvier 2014

Medjugorje ex-Gay italien,Luca di Tolve guéri du VIH par la Gospa et marié à une femme.(partie 1)

Avis
Autorisation est donnée de diffuser mes articles sous 3 conditions :– 1°)Citer la source "Medjugorje et la Gospa" 2°) Soit recopier une partie du texte et citer la source- 3)  Soit  recopier tout le texte et  la source.
En cas de problème, contacter moi sur Twitter ou Facebook.

En cas d’abus,je me réserve le droit de demander le déréférencement de l’article par Google sur votre site et de toutes les pages concernées.et d'engager des poursuites pour tous les autres cas, d'utilisation frauduleuse.
Medjugorje et la Gospa.


Préambule :

C'est le tître d'une chanson italienne ," Luca était gay",mais aussi l'histoire d'un homosexuel atteint du VIH,qui a été guéri par le Rosaire et Notre-Dame de Medjugorje (la Gospa) et il s'est marié...avec une femme.


chanteur povia
Cette chanson a fini 2ème au festival pour la chanson de San Remo de 2009 et a remporté le prix des meilleures paroles d'une chanson.Arcigay a menacé de bloquer le festival.

les paroles de la chanson en italien
http://www.affaritaliani.it/entertainment/luca-era-gay-testo160209.html

Je me suis longtemps posé la question : la Gospa pouvait-elle guérir le Sida et ramener les homosexuels vers l'hétérosexualité.J'en doutais.
Puis,la récente guérison de Cristian Filice de la maladie mortelle de Lou Gehring,m'a fait changé d'avis.



Je devais trouver un témoignage authentique,fiable et crédible.Un témoignage qui soit ancien ,mais pas trop,
vérifiable par des interviews , des photos.

La Gospa a guéri des aveugles (Joëlle la Suisse),des scléroses en plaques, guérit des bébés,multiplié les conversions de grands pêcheurs, mais je ne trouvais rien sur le Sida. Juste une conversion anonyme en France après un pèlerinage à Medjugorje.

Puis je suis tombé sur ce témoignage en italien.et j'ai accumulé les articles de presse sur cette personne. 
Si nous avons beaucoup de détails dans une histoire, l'histoire a des chances d'être vraie.

Vous trouverez quasiment pas de témoignage non anonymes de guérisons d'homosexuels séropositifs  , à cause des pressions des groupes LGBT,et parce que le sujet est explosif politiquement à cause du mariage homosexuel.

Voilà ce que dit le journaliste Loranzetto :
...Si un hétérosexuel révèle qu'il est gay,il est salué comme un héros , on l'invite à la télévision , on lui offre un poste de commentateur dans les journaux , mais si un homosexuel effectue le chemin inverse,il est mis à l'écart » .

Luca est -il réellement guéri du Sida?
Réponse : en tout cas ,il est toujours vivant et en bonne santé.

Est-ce un coup monté (hoax) ?,une fanfaronnade  ?

Réponse :  Tout ce qu'on peut dire,c'est que depuis,
Luca fait partie d'un groupe "d'ex-gays",il a donné des conférences,il a écrit un livre,sur son parcours.
Parfois,lors de ces conférences,il y a des manifestations LGBT.En Italie,à Brescia, 200 militants gays l'attendaient.Idem à Milan, il a du être escorté par la police.Il n'a pas la vie facile.

L'interview est très longue et en 2 parties .L'italien est difficile à traduire.Quand j'avais un doute,j'ai vérifié ses autres témoignages.
Je n'ai pas fait une traduction mot à mot.
Je n'ai pas gardé certains passages sans importance.Mais l'essentiel du texte est là.







Luca di Tolve
"Luca était gay, et maintenant il est avec elle / Luc parle avec son coeur et il dit est un autre homme" . Le 17 février 2009 quand il a entendu ces versets au festival de San remo, Luca Di Tolvah (ou Tolve)  a sursauté,




Joseph Povia chantait l'histoire de sa vie. Luca était gay , et maintenant il ne l'est plus. Il l'a été de 13 à 31 ans et il a été de plus considéré  comme "un beau morceau de viande".

" Si vous lui demandez le nombre de partenaires qu'il a eu car il en changeait avec le temps. Lui répondra en baissant les yeux, "au moins deux fois par semaine» , ce qui est un peu moins de 1 900 personnes, ce qui le place au-dessus du chanteur  Califano , détenteur du record .Celui-ci a commencé à treize ans et il a dit qu'il avait eu 1 500 femmes dans sa vie.


  Luca de Milan a trente-neuf ans.Il est maintenant avec Teresa, de Bergame trente-cinq ans, dit Terry, agent de santé dans une maison de soins infirmiers, qui est autorisé à être avec lui . Elle est séropositive, elle avait de l'hépatite, et doit avaler des comprimés à midi tous les jours.Tous les deux militent au sein d'un collectif :
le groupe de Lot, en référence à (Sodome et Gomorrhe).

Il est garde de sécurité,mais a obtenu un congé de 2 ans pour faire des conférences.


Retour en arrière :


En 1990 , Luca fut l'un des premiers à être élu Monsieur Gay à la discothèque New Idea international Via De Castillia , le club le plus transgressif de Milan , Il était depuis deux ans sur le conseil d'Arcigay Milan . Il est devenu le directeur de référence de l'association touristique des Croisières et de vacances organisés pour les gays  sur "Adam et Babylone" , les deux magazines branchés de la communauté homosexuelle . 

En 1996, il avait même organisé , en coopération avec les chemins de fer , un train spécial qui était censé apporter des militants de toute l'Italie à la Gay Pride de Naples , même si le convoi a été arrêté sur les rails parce que Arcigay napolitaine a refusé le parrainage accordée à la place d'Arcigay Milan .



Il a cotoyé la jet-set internationale : Gianni Versace et Giorgio Armani , Dolce et Gabbana connu à Taormina , une photo le montre avec Carla Bruni , pas encore femme de l'ancien président de  France,  avec Naomi Campbell , Flavio Briatore et Sean Combs , le rappeur américain connu sous le nom de Puff Daddy .


-----------------------------------------------------------------------------------------

INTERVIEW


Luca Di Tolvah : Le motif profond qui pousse à adopter un comportement homosexuel est toujours le même:

 prendre les caractéristiques masculines lorsque vous ne pouvez pas vous exprimer.

Enfance et adolescence

J'ai eu une mère aimante et oppressive anxiogène. Elle s'est marié à dix-sept ans. À l'époque, mon père travaillait à la maison de disques Ri-Fi , qui comprenait des artistes comme Mina et Fred Bongusto. A la maison, il n'était jamais là, et les rares fois qu'il était là, ils se disputaient. Finalement, ils se séparèrent. 




A six ou sept ans maman m'a envoyé à l'école en collants. "Mais tu es un homme ou une femme?": je taquinais mes camarades de classe. J'ai enlevé le pantalon en vigueur pour le savoir.

 Lorsque le groupe des hommes vous rejette, que faites-vous? Vous terminez dans le groupe des femmes. Je n'avais que des maîtresses. Au collège, même le professeur de gymnastique était une femme.

-----------------------------------------------------------------------
Même récit,autre interview ,même période :


Mes parents se sont séparés quand j'étais petit, mon père est rentré chez lui et j'étais seul avec ma mère dans un environnement exclusivement féminin. J'ai joué avec des poupées, j'avais changé le ton de ma voix, je me sentais très rassuré quand j'étais avec les femmes et effrayé, mais attirés par des personnages masculins. 

J'avais 13 ans et pas de père qui m'aurait poussé à rejoindre le "groupe des hommes".A partir de ce moment, j'ai été rejeté parce que je n'étais pas avec eux.je ne jouais pas comme tout le monde au football. A cet âge, mon malheur et, dans le même temps, le besoin d'affection, qui s'est manifesté par des pulsions homosexuelles :. Je suis tombé amoureux de mon camarade de classe, un type masculin et viril.


l'erreur était de croire que j'étais "né gay," comme celà est vanté par des affiches, mon expérience est commune à tous les homosexuels que j'ai connus: Vous tombez en amour avec un garçon parce que c'est ce que vous voulez être.


J'étais malade, j'étais malheureux, je me cachais mes pensées, jusqu'à ce que mes parents l'aient remarqué et m'ont emmené dans une clinique, où on leur a dit que j'étais gay et ils m'ont permis d'exprimer ma deuxième tendance.

Si ils avaient chercher à comprendre que mon malaise découlait d'un manque de figure masculine , je ne serais pas ici,
mais plutôt ce qui se passe encore  fréquemment aujourd'hui,
On pense que  l'homosexualité est une deuxième tendance.Mais cette fausse liberté  n'aide pas à affronter le problème, mais le supprime.


Ce jour-là, j'étais à la porte, mais j'avais entendu ce qui a été dit, j'ai commencé à être intrigué et j'ai été soulagé quand j'ai découvert que je n'étais pas seul, il y avait d'autres comme moi.





J'ai quitté la maison à 18 ans et suis entré dans un monde homosexuel.

http://blog.studenti.it/stelladelcieloit/archives/4448

-----------------------------------------------------------------

Stephen Lorenzetto : "Tu as interrompu tes études, tu deviens prostituée."


 Luca Di Tolvah : J'avais l'habitude de faire du maintien. C'est une pratique assez courante dans le monde gay . J'ai rencontré Richard, trente ans, fils d'un milliardaire milanais. Il a travaillé pour l'industrie de la bijouterie ainsi que dans la mode.

 Les stylistes m'ont présenté comme son petit ami. On m'a versé trois millions et demi de lires par mois juste pour être avec lui. 


Plus une carte de crédit. Il m'a payé un entraîneur personnel parce que je devenais de plus en plus beau et bien membré. Dans le même temps, chacun de nous avait des histoires parallèles. J'ai vécu dans Montenapoleone, je suis devenu autiste parce que j'avais une Rolex au poignet en or.




Stephen Lorenzetto : "Puis tu as commencé à faire du shopping pour d'autres personnes."

(assistant personnel).


 Luca Di Tolvah :

 Oui, j'ai accompagné des gays fortunés ,partout dans le monde, en particulier les Américains, pour faire du shopping dans les boutiques de luxe. 

Mon nom était sur ​​Spartacus , le guide international pour gays .

 Il m'est arrivé aussi de conduire des princesses arabes . L'une d'elles a dépenser en quelques heures 150 millions de vêtements

, en chaussures et en sacs à main. J'en étais venu à gagner trente millions par mois de cette manière. Chaque année, moi j'allais faire du shopping à New York et à Miami .

 C'est là que j'ai vu un grand panneau de signalisation routière: "Croisière gay" . "Je pensais - ici nous pourrions être également accueilli au Club Med '! 

j'ai décidé d'organiser des croisières homosexuelles en Italie.


Stephen Lorenzetto : «Et les navires où tu les a trouvés"?

 Luca Di Tolvah : J'ai demandé à Costa et Moby  croisières . Aucun des responsables des deux sociétés n'étaient opposés. Pour la première croisière j'ai choisi la Corse. Au départ de Gênes avec soixante passagers, tout travestis. pour une fête ou nous serions tous nus en partie nus .en groupe sous les douches. Avec un tirage en soirée dans des boxes, pour promouvoir l'échange de couple.

 Stephen Lorenzetto : "Pourquoi se déguiser" ?

 Luca Di Tolvah : J'ai été attiré par les transsexuels éphébiques. J'allais pendant des heures  regarder ceux qui ont combattu dans Corso Sempione. C'est là que j'ai rencontré Diego.

 Stephen Lorenzetto : "Un travesti"?


 Luca Di Tolvah : Oui, il s'appellait Belladonna . Mais le plus beau, il y avait une entente solide entre nous, mais la mort a ouvert sa danse. Contre le sida,il n'y avait pas de remède.
Vous mourriez en moins d'un an. 

Belladonna a progressivement perdu la vue. Son corps sculptural a été réduite à l'état larvaire.

 "Allez, Bella, remets toi d'aplomb pour que nous puissions partir sur une croisière!" , 

j'ai essayé de le rassurer. Je ne voulais pas le voir souffrir, donc , après tant d'années,j'ai recommencé à prier et à mettre mes prières dans les mains  de Notre-Dame des Larmes à Syracuse. 

A cette époque, Belladonna avait perdu connaissance à jamais. "C'est une bonne fortune pour votre ami," m'ont dit les médecins. 

Il avait également développé une toxoplasmose du cerveau qui conduit à la pourriture. Mieux vaut être dans le coma: Si il était resté lucide, il aurait subi les tourments de l'enfer  .

Et j'ai eu pour la première fois, l'idée que mes prières à la Vierge avaient été exaucées.


Stephen Lorenzetto :  . Toi aussi tu as été diagnostiqué avec le virus VIH "

 Luca Di Tolvah : C' est arrivé sur le chemin du retour de Miami . J'ai eu une forte fièvre . Maintenant, les médecins ont suggéré que j'avais contracté le paludisme dans certaines zones marécageuses de Floride .

 Ma peine de mort a été prononcée par un docteur Sacco à Hôpital de Milan : «Le VIH est positif ,séropositif. Désolé. Voici les examens . Allez dans la file d'attente pour le rendez-vous " . J'ai réalisé que je devais mourir . Je suis retourné vivre avec ma mère . Lors de la fête que j'ai donné pour le trentième anniversaire d'un homme gay,j'ai trouvé une brochure sur la thérapie réparatrice du professeur Nicolosi qui avait été oublié dans ma maison . Je l'ai lu avec avidité .

 Stephen Lorenzetto : " Est-ce que tu as trouvé quelque chose " ?

Luca Di Tolvah :C'est tout à fait vrai. Pendant des années, j'avais bu, j'avais sniffé de la coke, j'avais eu des relations sexuelles avec plusieurs partenaires en même temps et dans une trentaine de poses différentes, mais j'étais malheureux. A défaut de devenir un homme, j'ai essayé de prendre possession des étreintes  et les attributs extérieurs de la masculinité, une sorte de cannibalisme relié à la jouissance.

 Pendant la journée, j'essayais de me défendre de ce que j'allais  faire dans la nuit, parce que je réalisais que chaque sentiment de plénitude disparaîssait avec l'éjaculation. Mais le soir, pas suffisamment pour me libérer de la névrose qui m'avait épuisé  après le coït. car celà revenait plus fort peu de temps après.

 Stephen Lorenzetto : «Parlez-moi du cercle de Dante."

Luca Di Tolvah : Au début, je pensais que je pouvais trouver le salut dans le bouddhisme. pendant des heures et des heures à répéter la mantra «Nam Myoho Renge Kyo" devant des autels parfumés avec des pommes. 



Puis un jour, j'ai vu un chapelet sur ​​le comptoir et j'ai entendu une locution intérieure de lumière qui m'a commandé: "prends". J'ai commencé à réciter. Au troisième couplet,je suis tombé à  genoux, littéralement. Je me sentais un amour indescriptible, l'amour maternel, qui n'existe pas sur Terre, et j'ai fondu en larmes. Celà fut une libération. A partir de ce moment, les pulsions homosexuelles, les angoisses, la tristesse, le désespoir, les pensées négatives, la peur de mourir ont disparu . J'ai continué à travailler dans un centre d'appel . 

J'ai continué de fréquenter les gays , C'étaient comme des frères. À la fin, ils étaient devenus ma famille. Ils se moquaient de moi: "Voici Jean le Baptiste!" , "cherie, tu es dans ta phase mystique !" , "Medjugorje est arrivé!" 

Ils voulaient me voir danser sur un cube en montrant mes fesses . J'ai vécu dans la crainte que mes pulsions homosexuelles se reproduisent.

 Stephen Lorenzetto : "Et pour éviter cette éventualité, qu'as tu fait"?

 Luca Di Tolvah :
J'ai trouvé Giancarlo Ricci , adhérent et psychothérapeute au réseau NARTH du professeur Nicolosi. J'ai commencé à travailler sur ma virilité. 

Après avoir été embauché comme agent de sécurité, j'ai commencé à étudier la Gazzetta dello Sport et regarder le processus de Biscardi à la télévision pour  ne pas être pris au dépourvu par des collègues qui ne parlaient que de football. 

J'ai attendu le jour où ils m'ont invité avec eux au bar pour boire une bière. J'étais de retour dans le groupe de homme. J'ai pensé, je peux être hétérosexuel, je peux former une famille. C'était une idée que je me sentais bien.

 Stephen Lorenzetto : «La seule chose qui te manquait était une femme" .

 Luca Di Tolvah : je suis tombé en amour avec une jeune fille blonde, beau visage, de beaux seins. Malheureusement, elle était athée et de gauche,

 je lui ai parlé de la pilule du lendemain, et je voulait qu'elle se repente. Après trois mois nous nous sommes quittés. 
En 2005, je suis allé à Medjugorje 
pour remercier la Vierge pour m'avoir sauvé. 


                                      (noël 2013)

Au moment de l'apparition, c'était comme si c'était l'arrêt de la création. Le silence absolu, irréel. J'ai regardé le soleil à l'œil nu. Je suis tombé sur mes genoux. De retour en Italie, à la maison avec un couple d'amis qui avaient été en pèlerinage avec moi, j'ai rencontré Teresa. Le 22 Août 2008, après trois ans de fiançailles, je l'ai épousé. Maintenant, je veux être un père.

. Stephen Lorenzetto : " Mais elle n'est pas séropositive , je suis désolé" ?

 Luca Di Tolvah : Oui , mais il y a eu  un autre miracle car je me suis converti , la charge virale du VIH est complètement effacé. Je vais bien . Ainsi, un enfant ne va pas courir des risques . même si c'est tardif.

 Stephen Lorenzetto : " Tu as dit , " je suis guéri " , donnant implicitement les homosexuels comme malades . Mais sur le site pour l'égalité des chances , il est écrit : «L'homophobie est une maladie dont vous pouvez guérir . " Il est donc ceux qui ont peur des gays de peur d'être malades " .

 Luca Di Tolvah : Guéri au sens étymologique : mettre à l'abri . Une guérison spirituelle . Je pourrais utiliser un autre verbe . J'utilise cette phrase parce que nous pourrions mal comprendre mes mots. Je n'ai jamais pensé que l'homosexualité était une maladie .

 Stephen Lorenzetto : " Et l'homophobie est une maladie " ?

 Luca Di Tolvah : Selon le DSM , le manuel de troubles mentaux , pour diagnostiquer une phobie,nous devons présenter  au moins quatre des symptômes suivants : palpitations , tachycardie, sueurs , tremblements , de l'essoufflement , des douleurs thoraciques , des nausées , des douleurs abdominales , de la confusion ou évanouissements , la dépersonnalisation , la peur de devenir fou ou de mourir , paresthésies . 

Qui est dépeint comme  homophobe avec quatre de ces symptômes tout en parlant des gays? Mais enfin !



autres liens
http://www.uccronline.it/2013/05/15/luca-di-tolve-non-puo-parlare-la-lobby-gay-lo-impedisce/


http://radio.ognjisce.si/sl/130/utrip/7570/


les derniers liens 


Sa dernière interview (en italien) et dernier article le concernant.





UN ARTICLE CRITIQUE SUR LUI http://www.lematin.ch/monde/europe/Il-veut-guerir-les-homos/story/11934529